Bazzo.tv

Émission disponible en haute définition
Diffusion :
Aussi, chaque mois, téléchargez le nouveau BazzoMag!
Rediffusion :
Vendredi 14 h, dimanche minuit
Durée :
90 minutes

Cette saison, découvrez Les Soirées Bazzo


Invité du 8 mars 2012 - Serge Bouchard

L'invité de la semaine

Sa formation d’anthropologue a amené Serge Bouchard à s’intéresser aux hommes. À tous les hommes. Grâce à ses talents de conteur, les autochtones et tous les grands oubliés de l’histoire nord-américaine nous intéressent désormais un peu plus, nous aussi. L’auteur et animateur passe la soirée sur notre plateau.

Avec sa voix chaude et profonde, on reconnaît l’anthropologue Serge Bouchard les yeux fermés. Depuis plusieurs années, à l’antenne de la radio de Radio-Canada, l’animateur nous raconte l’histoire d’hommes et de femmes au parcours étonnant, nous emmène musarder sur Les chemins de travers, nous instruit en démystifiant la complexe question autochtone, pose quelques grandes questions philosophiques.

Qu’il les écrive en solo ou à quatre mains, ses livres posent un regard différent sur le monde. Dans les deux tomes de son Bestiaire, Bouchard n’hésite pas à donner la parole aux bêtes afin de mieux nous les présenter. Il vient de faire paraître C'était au temps des mammouths laineux (voir ci-dessous) aux Éditions du Boréal.

Serge Bouchard aime prendre le temps. Et c’est du temps qu’il nous offre en passant la soirée sur notre plateau.

______________________________

Les émissions de Serge Bouchard à la Première chaîne de Radio-Canada :

De remarquables oubliés, les jeudis, 21 h
Les chemins de travers, les dimanches, 20 h

Vient de paraître :

C'était au temps des mammouths laineux
Serge Bouchard. Éditions du Boréal, 2012, 24,95 $

Quatrième de couverture :

Je suis un grand-père du temps des mammouths laineux, je suis d'une race lourde et lente, éteinte depuis longtemps. [...] Dans notre monde où l'imagerie était faible, l'imaginaire était puissant. Je me revois jeune, je revois le grand ciel bleu au-delà des réservoirs d'essence de la Shell, je me souviens de mon amour des orages et du vent, de mon amour des chiens, de la vie et de l'hiver. Et nous pensions alors que nos mains étaient faites pour prendre, que nos jambes étaient faites pour courir, que nos bouches étaient faites pour parler. Nous ne pouvions pas savoir que nous faisions fausse route et que l'avenir allait tout redresser.

Dans les vingt-cinq essais qu'il a rassemblés pour composer ce volume, Serge Bouchard continue d'évoquer amoureusement l'univers qu'il habite et connaît depuis toujours, celui des peuples et des gens trop vite oubliés, celui des paysages ravagés et cependant d’une beauté à couper le souffle, un univers dans lequel il suffit d'un mélèze, d’une petite ville perdue dans le lointain, d'une route au milieu des forêts, du récit d'un conteur, pour réentendre toute la symphonie du monde. À ces évocations à la fois poignantes et enchantées, l'anthropologue-poète entremêle ici des morceaux de sa propre vie, des bribes du passé qui, « au temps des mammouths laineux », c'est-à-dire avant le grand déferlement de la modernité, l'ont fait ce qu'il est et qu'il ne peut plus ne pas être : un homme des racines et de la vérité des choses, qui sait qu'il n'est rien devant le Temps ou la Nature, et que la mort est partout, tel un chat rôdant autour de tous ceux que l'on aime.

Lire un nouvel ouvrage de Serge Bouchard, c'est entendre encore une fois la musique d'une prose inimitable et suivre une pensée à la fois rigoureuse et buissonnière, dans laquelle l'esprit et le cœur ne se séparent jamais.

Né en 1947, Serge Bouchard a publié jusqu’ici une dizaine d’essais, tantôt seul (Le Moineau domestique, L’Homme descend de l’ourse, Les Corneilles ne sont pas les épouses des corbeaux), tantôt avec son ami, le regretté Bernard Arcand (sept volumes de Lieux communs). On peut aussi le lire dans la revue L’Inconvénient et l’entendre à la radio de Radio-Canada.

Retour à la rubrique